FANDOM


LCDP Wordmark
Vous pouvez nous aider en réécrivant cet article.
Pour cela, nous vous prions de vous reporter à nos conventions d'édition.

Mugshot Berlin
Celui qui me mate le cul, c’est Monsieur Berlin. Il est sous le coup d’un mandat d’arrêt. Vingt-sept braquages : bijouteries, maisons de ventes aux enchères, fourgons blindés. Son plus gros coup : Paris, les Champs-Élysées, quatre cent trente-quatre diamants. C’est comme un requin dans une piscine : tu peux te baigner avec, mais t’auras jamais l’esprit tranquille. C’est le commandant-en-chef du hold.
— Tokyo[fonte]

Andrés de Fonollosa Gonzalves[1], dit Berlin  Es.  Berlín ), est le leader du groupe de braqueurs à l'intérieur de la Fabrique nationale de la monnaie et du timbre. Il est recherché pour des casses de bijouteries, de maisons de vente aux enchères et de fourgons blindés. Son plus gros coup fut aux Champs-Élysées à Paris, où il vole 434 diamants.

Description

Misogyne, odieux et antipathique, le psychiatre de la prison où il avait été incarcéré le décrit comme un « narcissique égocentrique qui a la folie des grandeurs. Il fait preuve d'une absence totale d'empathie. Un excentrique à tendances mégalomanes ce qui l'empêchent de faire la différence entre le mal et le bien. Il a un grand sens de l'honneur, et une nécessité pathologique de faire bonne impression, en particulier devant des inconnus. ».[1]

Spécialisé en vol de bijouteries, c'est le stéréotype du criminel en col blanc.

Côté papiers, on ne sait presque rien de lui. Il n'a pas de dossiers officiels et son passeport est un faux.[1]

Biographie

Enfance

Andrés de Fonollosa est le demi-frère aîné de Sergio Marquina, également connu comme étant le Professeur.[2] Ils partageraient le même père mais une mère différente[réf. nécessaire], d'où la différence de noms de famille.

Années 2010

Dans les années 2010, Berlin, qui possède un casier judiciaire très chargé (attaques de banques et de bijouteries entre autres)[1], est incarcéré dans la prison de Soto del Real.[1] Il partage alors sa cellule avec un autre détenu, mais tous deux ne sont pas proches et Fonollosa est décrit par son ex-co-détenu comme très discret[1]. Souffrant de la myopathie de Helmer, une maladie dégénérative rare dont il est en phase terminale qui l'oblige à s'injecter du Retroxil toutes les heures, il parvient à faire entrer illégalement ce médicament en prison.[1]

2016

En 2016, Berlin est recruté par le Professeur pour faire partie d'un nouveau braquage : attaquer la Fabrique nationale de la monnaie et du timbre afin d'y imprimer ses propres billets[3]. Il rencontre pour l'occasion sept autres braqueurs avec qui il vit pendant les cinq mois de préparation. La nuit précédant le braquage, il fait promettre au Professeur de fuir sans l'attendre si quelque chose ne se passait pas comme prévu[Épisode ?]. Il est le chef des opérations à l'intérieur de la Fabrique, et de ce fait, il applique les ordres du Professeur.[3]

Le vendredi 21 octobre 2016, les huit voleurs détournent le camion chargé de livrer le papier-monnaie et Berlin prend la place d'un des deux policiers chargés d'escorter le camion jusqu'à la Fabrique.[3] Ils réussissent à s'introduire dans les lieux, ferment les portes blindées de l'intérieur et sont donc enfermés avec soixante-sept otages. Berlin commence à diriger les opérations.[3] Il fait alors la connaissance d'Arturo Román, le directeur de la Fabrique, qui regarde à plusieurs reprises sous son masque.[3] Il recrute ensuite quelques otages, dont Arturo et Pablo Ruiz afin de creuser un tunnel dans les sous-sols de la Fabrique.[4]

Rio, un des malfaiteurs, est chargé de surveiller Alison Parker, mais alors qu'il détourne la tête, elle parvient à utiliser son téléphone portable que la police pirate dans le même temps, obtenant ainsi le visage du jeune braqueur. Pour punir Rio de son inattention, Berlin le fait passer à tabac par Oslo et Helsinki.[4]

Quelques heures plus tard, alors que Denver et Mónica Gaztambide, secrétaire à la Fabrique, discutent quant à l'avortement de cette dernière, Berlin débarque en les interrompant.[4] Mais ce qu'il ignore, c'est que Mónica est en possession d'un téléphone portable qu'elle a déniché dans le bureau d'Arturo Román. Alors qu'elle s'apprête à s'éloigner discrètement, le téléphone sonne, et Berlin ordonne à Denver de la tuer pour « donner l'exemple ».[4] Le reste de la bande s'en prend d'ailleurs à lui, ne comprenant pas pourquoi il a enfreint la première règle : pas de sang. Mais Denver décide finalement de cacher Mónica dans une chambre forte, ce que Berlin ignore.[5]

Alors qu'Arturo Román, blessé, se fait soigner par des chirurgiens envoyés par la police, Berlin discute avec lui pendant son opération médicale. Il applique ensuite le plan du Professeur et fait dissimuler un micro dans les lunettes d'un policier qui se fait passer pour un infirmier.[6]

Plus tard, Tokyo l'oblige à appeler le Professeur au téléphone pour lui expliquer qu'il a abattu un otage. Ce dernier le fait, et le Professeur est en état de choc en apprenant la nouvelle.[7] Peu après, Berlin isole quelques femmes, dont Ariadna Cascales, et joue avec leur peur. Il finit par en emmener une dans une autre pièce.

Le samedi 22 octobre 2016, la police parvient enfin à identifier Berlin grâce à un bouton de sa veste que le Professeur avait volontairement laissé dans la Seat Ibiza alors que celui-ci aspergeait la voiture avec de l'ammoniaque[8] : Berlin s'appelle donc Andrés de Fonollosa Gonzalves[9], numéro d'identification 093647, criminel en col blanc actuellement en cavale.[8]

Suite à un enregistrement diffusé par le Professeur, la police s'est mis à dos tout le pays. Mais pour rebondir, Raquel décide donc de faire croire à la presse que Berlin est un ancien proxénète, spécialisé dans la traite de mineures. Entendant cela, Berlin comprend que c'est à cause de Denver qu'il a été identifié puisque ce dernier avait mis sa veste. Il décide alors de le punir, mais découvre au même moment que Mónica est toujours en vie. Après une brève altercation, il finit par accepter de la garder avec eux.

La police interroge ensuite un de ses anciens compagnons de cellule, qui avoue que Berlin faisait passer du Retroxil en prison. Après des recherches effectuées par le sous-inspecteur Rubio, ils comprennent qu'il s'agit d'un médicament qui contribue au traitement de la Myopathie de Helmer et que Berlin n'a plus que quelques mois à vivre.[1] Peu après, Raquel obtient l'autorisation d'entrer dans la Fabrique pour s'assurer du bon état des otages. Elle révèle au passage à Rio et Tokyo que Berlin est atteint d'une maladie en phase terminale.

Il se lie ensuite avec Ariadna qui, par peur d'être tuée, se livre et accepte d'avoir des rapports sexuels avec lui. Berlin décide ensuite d'avoir une conversation avec Alison qui a tenté de s'enfuir : il lui fait comprendre que si elle a de nouveau ce genre de comportement, il pourrait s'en prendre à sa famille dont il cite certains membres.[10]

Berlin participe ensuite avec les autres braqueurs à repousser la police, suite à l'évasion menée par Jacinto. Il ausculte aussi Oslo, atteint d'une grave commotion cérébrale, mais refuse de le laisser sortir pour être soigné. Après un débat avec les autres, Helsinki rejoint l'avis du chef du hold-up et décide de ne pas le soigner. Au même moment, Ariadna lui demande la liberté, mais il refuse.

C'est le seul des huit braqueurs qui reste à l'intérieur de la Fabrique afin de ralentir la police pendant que ses compagnons s'échappent avec leur argent, donnant sa vie héroïquement et en pensant qu'il s'est mal comporté toute sa vie. Il se fera finalement abattre par un groupe de policiers commandé par Suárez.[11]

Relations

Berlin a été marié plusieurs fois (cinq fois précisément)[12], mais aucun mariage n'a fonctionné à cause de son caractère. Il dit qu'il a cru cinq fois à l'amour mais qu'à force, il a arrêté d'y croire car d'après lui, une fois un enfant né, celui-ci devient le centre d'attention de la mère et donc détruit la relation de couple[12].

Pendant le braquage, il rencontre Ariadna, une des employées de la Fabrique devenue otage. Au fil des jours, une relation étrange commence entre eux. Mais Ariadna est seulement avec lui pour la survie et pour récupérer son argent une fois qu'il sera mort car en réalité, il la dégoûte.[8]

Galerie

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5, 1,6 et 1,7   Réf.  Épisode 8 (Saison 1) 
  2. Épisode 9 (Saison 2) : Berlin appelle ce dernier « Petit frère ».
  3. 3,0, 3,1, 3,2, 3,3 et 3,4   Réf.  Épisode 1 (Saison 1) 
  4. 4,0, 4,1, 4,2 et 4,3   Réf.  Épisode 3 (Saison 1) 
  5.   Réf.  Épisode 4 (Saison 1) 
  6.   Réf.  Épisode 5 (Saison 1) 
  7.   Réf.  Épisode 6 (Saison 1) 
  8. 8,0, 8,1 et 8,2   Réf.  Épisode 7 (Saison 1) 
  9. Il s'agit de son nom complet, visible sur le dossier que possède la police, bien qu'on ne mentionne pas la partie Gonzalves dans la série.
  10.   Réf.  Épisode 11 (Saison 1) 
  11.   Réf.  Épisode 9 (Saison 2) 
  12. 12,0 et 12,1   Réf.  Épisode 2 (Saison 1) 
Personnages de La Casa de Papel