FANDOM


Mariví Fuentes est la mère de l'inspectrice Raquel Murillo, et donc la grand-mère de Paula Vicuña.

Description Modifier

Elle vit avec sa fille Raquel et est atteinte de la maladie d'Alzheimer, c'est pourquoi elle colle des dizaines de post-it partout dans son armoire et dans la maison. Depuis que sa fille a divorcé d'Alberto, elle cherche désépérement à lui trouver un homme.

Elle a probablement vécu à Almazán[1] pendant un certain moment.

Biographie Modifier

2016 Modifier

Mariví essaie tant bien que mal de répondre aux questions de sa petite fille qui ne comprend pourquoi elle ne voit que si peu son père. Elle prend presque le rôle de la mère quand le braquage de la Fabrique nationale de la monnaie et du timbre arrive, puisque Raquel est encore moins souvent à la maison.

Deux jours après le début du braquage, Mariví laisse Paula sortir avec son père alors qu'il n'en a pas le droit, ce qu'elle avait oublié, étant Alzheimer. Après s'en être rendu compte, elle prévient Raquel qui part à sa recherche.

Ángel Rubio, avant son accident, a laissé un message sur la boîte vocale du téléphone fixe de Raquel. Le policier, sans mentionner de nom, affirme connaître l'identité du Professeur. C'est Mariví qui écoute ce message, et appelle ensuite Salva car elle ne parvient pas à joindre sa fille. Elle lui répète ce qu'a dit Ángel dans son message vocal, qu'elle a préalablement pris en note afin de ne pas oublier les dires du sous-inspecteur.

Lors de sa première rencontre avec Salva[2], ce dernier remarque le post-it sur lequel Mariví a retranscrit le message vocal d'Ángel[2]. Comme il en avait l'intention, il tente d'empoisonner Mariví en introduisant de la dioxine dans son café[2], de peur qu'elle ne découvre qui il est réellement. Il ignore pourtant que la retraitée est atteinte d'Alzheimer, et a du mal à cacher sa gêne[2], bien que la vieille dame ne le remarque pas. Mariví se montre tellement chaleureuse avec lui qu'il ne peut se résoudre à l'éliminer. Alors que la mère de Raquel est sur le point de boire son café, il frappe sur la tasse qui s'éclate contre le mur[2].

Elle soutiendra sa fille Raquel lorsque celle-ci sera relevée de ses fonctions, suspectée d'être complice des braqueurs à cause de sa relation avec le Professeur. Mariví trouve cela dommage que Salva soit en réalité le cerveau du braquage, car il avait l'air d'être un homme bien[3].

Notes et références Modifier

  1. Épisode 4 (Saison 1) : elle trouve un post-it sur lequel elle avait préalablement écrit "Je ne vis pas à Almazán mais à Madrid".
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3 et 2,4   Réf.  Épisode 13 (Saison 1) 
  3.   Réf.  Épisode 8 (Saison 2) 
v · d · m
Personnages de La Casa de Papel